Turkey

Episode II

Cet article a été publié initialement le 11/10/2009 ici

Episode II

Le nouveau premier ministre grec Yorgo Papandréou s’est rendu en Turquie juste après son élection. Mr Papandréou et Ismail Cem, ancien ministre des affaires étrangères turques (décédé), étaient des amis très liés, des vrais amis.

Mr Papandréou vint pour son enterrement en Turquie, et il y a quelques jours, il s’est rendu à nouveau sur la tombe de Mr Cem.

S’il y avait plus de Turcs et de Grecs qui partageaient ce genre d’amitié, la Turquie et la Grèce seraient plus proches.

Il y a dans l’Union Européenne des politiciens qui ne souhaitent pas que ces deux pays se rapprochent, ce qui est consternant. Et Chypre n’a pas favorisé les choses. Mais l’UE, dont l’objectif d’origine est de favoriser et de maintenir la paix, est restée passive concernant le rapprochement entre ces deux pays. Les Européens se sont entretués pendant des siècles, mais ils ont réussi à créer l’UE, ils partagent presque tous la même monnaie et ils devraient bientôt avoir une constitution commune.
Si les Européens ont réussi à se lier économiquement et politiquement malgré leur sombre passé, les Grecs et les Turcs le peuvent aussi. Mais pourquoi l’UE ne les aide-t-elle pas? L’UE a pour devoir moral de promouvoir la paix, non? Je ne dis pas que c’est la guerre entre eux, mais il y a toujours des tensions. L’UE ne joue pas son rôle.

Et pendant des années des Grecs ont opposé leur veto concernant les aides financières de l’UE pour la Turquie ou la participation des étudiants turcs aux programmes Erasmus et Socrates. Jusqu’à présent, la Grèce a reçu environ 85 milliards d’euros de l’UE. Des Grecs, égoïstes, ont ainsi bloqué les quelques miettes accordées à la Turquie, mais ils ont évolué depuis quelques années.

Mr Papandréou peut jouer un rôle important dans les relations gréco-turques. Mais va-t-il vraiment rejoindre les Turcs et changer les choses? Dans 6 mois nous verrons si les Grecs et les Turcs vont arrêter de perdre du temps en s’accusant les uns les autres de leurs problèmes, dont Chypre.
A quand le TGV Ankara/Istanbul – Athènes? Je suis très sérieux. Cela va arriver, j’en suis sûr. Mais pas avec le TGV français. Parce que ce sont les Espagnols je crois qui ont vendu leurs TGV à la Turquie. Le TGV français est pourtant le meilleur train à grande vitesse du monde, mais à cause des relations tendues entre la France et la Turquie, c’est le TGV espagnol qui a été choisi.

GDF a fait savoir qu’elle souhaitait participer à un grand projet gazier en Turquie, mais est-ce que les Turcs vont l’accepter?
La Turquie va faire construire trois centrales nucléaires, mais va-t-elle choisir Areva? (Je suis contre l’énergie nucléaire et Mr Allègre a tort de la soutenir. Nous avons déjà la solution concernant nos besoins en énergie: l’énergie solaire. Il suffit de 30 KM² de panneaux solaires pour couvrir les besoins énergétiques de toute la Turquie.

Le soleil fournirait chaque jour 10 000 fois les besoins en énergie de notre planète. La

solution est l’énergie solaire, et les politiciens le savent déjà. Mais des lobbies industriels freinent son exploitation. La voiture électrique est la voiture de l’avenir, et l’autonomie des batteries est volontairement limitée. Et le coût des batteries n’est pas un obstacle. Il paraît que la voiture fonctionnant avec la pile à hydrogène serait une solution, et l’UE pourrait la lancer en 2012. La technologie pour le solaire existe déjà, il manque la volonté politique).

Hier, l’Arménie et la Turquie ont signé un protocole qui va leur permettre de se rapprocher. Il y a eu une divergence sur le contenu des déclarations qui devaient avoir lieu après les signatures, les Turcs ont alors proposé de ne pas faire de déclarations.
Pour la Grèce comme pour l’Arménie, l’UE n’a rien fait de significatif afin de les rapprocher de la Turquie. Jusqu’à présent, qu’a donc fait l’UE pour promouvoir la paix entre ces pays? Il y a des personnes qui croient que c’est Barack Obama qui est à l’origine de ce protocole, c’est faux. Le protocole était prêt avant son élection. La Turquie a pris l’initiative de faire le premier pas vers l’Arménie. Et il y a des politiciens dans l’UE et les Etats-Unis qui doivent avoir une crise de conscience.

Le rapprochement entre l’Arménie et la Turquie est, d’une part, un résultat positif de 7 années de stabilité politique en Turquie, et d’autre part, d’une vision politique de la raison. Pendant des dizaines d’années, la Turquie n’a pas pu faire de progrès démocratiques et politiques à cause de changements de gouvernement chaque année. Elle a accompli en 7 ans plus de choses qu’en 50.

Il règne en Turquie une atmosphère propice à des progrès à tous les niveaux, aussi bien en Turquie qu’à l’extérieur de ses frontières.

La Turquie et ses voisins ont renforcé et multiplié leurs accords économiques et commerciaux, et ces accords renforcent la paix.

L’excellent ministre des affaires étrangères turques, Mr Davutoğlu, ainsi que d’autres ministres, répètent souvent: “Notre politique est 0 problème avec nos voisins”.

C’est grâce à ce slogan de la raison que la Turquie obtient de bons résultats dans sa région. Elle a réuni il y a quelques jours les ministres des affaires étrangères bosniaque et serbe.

La Turquie est devenue très influente, et ce qui m’étonne, c’est qu’elle a réussi à favoriser la paix sans l’UE. Heureusement qu’elle n’a pas attendu d’être membre de l’UE pour agir.

Amicalement vôtre,

Cem

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print