Turkey

Le gouvernement chypriote grec excelle dans l’art du mensonge et de la manipulation. Le plan de paix de Kofi Annan en 2004 prévoyait le retrait progressif des militaires turcs de Chypre du nord. Mais les Chypriotes grecs ont quand même voté contre ce plan de paix (alors que les Chypriotes turcs ont voté “Oui”). Les Chypriotes grecs ont voté “Non” pour la réunification notamment parce que le gouvernement chypriote grec de l’époque avait fait la propagande du “Non”. Günter Verheugen avait dit alors: “Je me sens trahi”. En effet, le gouvernement chypriote grec lui avait menti concernant ses vraies intentions et l’avait manipulé. Les Chypriotes grecs veulent-ils vraiment que Chypre se réunifie?

Aujourd’hui, on entend çà et là que la Turquie doit retirer ses troupes de Chypre du nord. De qui se moque-t-on? La présence de l’armée turque n’est manifestement pas le problème pour les Chypriotes grecs, sinon le “Oui” l’aurait emporté à Chypre du sud en 2004. Aujourd’hui, les Chypriotes grecs veulent gagner du temps: en effet, le président chypriote turc Mehmet Ali Talat (en faveur de la réunification de Chypre) va probablement perdre les prochaines élections en avril, face à Mr Derviş Eroğlu, qui n’est pas vraiment favorable à la réunification de l’île. Les Chypriotes grecs sabotent donc le processus de réunification de l’île (pour faire porter le chapeau aux Chypriotes turcs), et en même temps ils sabotent les négociations entre l’UE et la Turquie.

En novembre ou en octobre dernier, Ahmet Davutoğlu a dit ceci: “Si les Chypriotes grecs continuent à ne montrer aucune volonté pour trouver une solution concernant Chypre, la division de l’île sera officielle”. Cela signifie que si les Chypriotes grecs continuent à ne manifester aucun intérêt pour trouver une solution concernant Chypre (et si l’Union Européenne ne fait pas pression sur la partie grecque), des pays vont reconnaître Chypre du nord en tant que la république turque de Chypre du nord. Quels pays? Tout le monde a deviné, je pense. Ainsi, si l’UE continue d’être subjective concernant Chypre, si les parties grecques continuent de saboter les négociations concernant la réunification de l’île, le monde sera encore plus divisé qu’il ne l’est actuellement.

Si le processus de paix à Chypre échoue, les seuls responsables seront les parties grecques et l’UE. Parce que les parties turques ont tout fait pour qu’une solution soit trouvée. Les parties turques ont soutenu la réunification de l’île jusqu’à présent, ce malgré le fait que l’UE n’a toujours pas honoré ses engagements, à savoir la levée des embargos que subissent de plein fouet les Chypriotes turcs.

L’UE répète à la Turquie d’ouvrir ses ports et aéroports aux Chypriotes grecs (qui bloquent plusieurs chapitres des négociations entre l’UE et la Turquie, Mr Sarkozy en est sûrement très satisfait), mais la Turquie répond qu’elle leur ouvrira ses ports et aéroports dès que l’UE aura tenu ses promesses faites aux Chypriotes turcs concernant la levée des embargos. Les Chypriotes turcs ont voté “Oui” au plan de paix de Kofi Annan pour la réunification de Chypre en 2004, cependant l’UE n’agit pas. L’UE sait ce qu’il faut faire pour résoudre ce problème, alors pourquoi ne lève-t-elle pas les embargos? C’est difficile de croire que c’est à cause de la “pression” des Chypriotes grecs. Les Chypriotes grecs ne sont pas dans une telle position pour faire pression sur l’UE toute entière.

Mais il est très probable que ce soit à cause de certains politiciens qui s’opposent à l’adhésion de la Turquie à l’UE que cette situation soit volontairement bloquée. Des politiciens, comme Mr Sarkozy, qui sont ainsi prêts à tout pour que les négociations entre l’UE et la Turquie soient également bloquées, mais définitivement. Comment les bloquer définitivement?

D’une part, Mr Sarkozy (qui doit par ailleurs espérer en gesticulant dans tous les sens que l’armée turque fasse un coup d’état de manière à utiliser ce prétexte pour geler les relations UE-Turquie) fait donc tout ce qu’il peut (avec l’aide des Chypriotes grecs) pour saboter les négociations entre les Chypriotes grecs et turcs. D’autre part, il a décidé à lui tout seul de bloquer 8 chapitres des négociations entre la Turquie et l‘UE. Il paraît que Mr Sarkozy a bloqué ces 8 chapitres car si la commission européenne ouvrait l’un d’entre eux, il serait alors impossible d’empêcher la Turquie de devenir membre de l’UE. Mr Sarkozy veut donc gagner du temps en bloquant ces 8 chapitres clés.

Pour résumer, pour empêcher la Turquie d’être membre de l’UE, Mr Sarkozy bloque ces 8 chapitres d’une importance cruciale, et espère que les négociations UE-Turquie soient gelées définitivement, ce en manipulant les Chypriotes grecs. Mais sous quels motifs officiels et légaux bloquer ces chapitres? Comment Mr Sarkozy peut-il justifier ce blocage, qui va à l’encontre des lois de l’UE? Pourquoi l’UE ne réagit pas? La France fait partie de l’UE, mais ne la représente pas à elle seule. Pourquoi l’UE reste muette? Mr Sarkozy a réussi à ralentir les négociations entre la Turquie et l’UE. Mais cela n’empêchera pas le navire turc de continuer de voguer vers les côtes de l’UE. Le navire a donc ralenti, mais il vogue toujours. C’est le plus important. D’ailleurs, c’est ce que Mr Olli Rehn a souligné plusieurs fois: “Le train est toujours sur rail”.

Finalement, concernant le problème chypriote, la Turquie et les Chypriotes turcs ont la conscience tranquille. Ils ont tout fait pour favoriser la réunification de l’île. Le monde entier le sait, et surveille de très près l’UE (et les parties grecques). L’UE a perdu beaucoup de crédibilité à cause de sa subjectivité concernant les négociations entre elle-même et la Turquie, et à cause de sa subjectivité concernant le dossier chypriote. Mehmet Ali Talat (qui a toujours fermement soutenu la réunification de Chypre), a dit par ailleurs que le dernier rapport du parlement européen est basé sur le racisme.
En effet, beaucoup de politiciens européens ont apparemment choisi de soutenir les Chypriotes grecs pour des raisons ethniques. J’ai très hâte de voir comment l’UE va réagir si les deux présidents chypriotes trouvent un accord pour la réunification et que les Chypriotes turcs ou grecs votent “Non” pour cette réunification. J’ai aussi très hâte de voir la réaction de l’UE si les leaders chypriotes ne trouvent aucune solution pour la réunification.
Est-ce que l’UE va abandonner la Turquie en laissant paraître que ce sont les Chypriotes grecs qui sabotent complètement les négociations entre la Turquie et l’UE? Ou va-t-elle regagner un peu de crédibilité en disant “Stop” aux Chypriotes grecs (et à leur ami Mr Sarkozy, qui les manipule aussi)? Pendant des années l’UE a manipulé la Grèce pour bloquer l’adhésion de la Turquie à l’UE. Aujourd’hui elle manipule les Chypriotes grecs. Une fois que Chypre sera réunifiée, ce sera le tour des Autrichiens, des Français, et probablement des Hollandais. C’est moche et honteux.

Amicalement vôtre

cem77@orange.fr

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Comments

  1. Tout à fait. Et n’oublions pas qu’à côté des basses manoeuvres politiciennes existent simplement les basses oeuvres. J’entendais à Paris l’Ambassadeur de Chypre grecque s’exprimer à propos de la situation de l’île. Cela fait froid dans le dos. L’armée turque doit rester là-bas en premier lieu pour assurer la sécurité des habitants qui ne sont pas orthodoxes. Son départ provoquerait, avec la présence de notre UE molle, des pogromes à l’image de ce qui s’est récemment produit à Srebrenitsa. La Turquie a une réelle responsabilité.
    L’avenir le plus probable aujourd’hui est, me semble-t-il, une scission définitive de l’île de Chypre, un retrait des négociation d’adhésion par décision unilatérale du gouvernement turc, une construction d’un nouveau pôle économique basé notamment sur les forces vives du pays, sa capacité à construire des alliances avec l’Asie du centre, la Russie et les pays arabes et en jouant de son atout de carrefour les flux d’énergies fossiles.

  2. A JonJon: je pense que la Turquie ne décidera jamais de quitter la table des négociations pour l’adhésion à l’Union Européenne. Sauf si les Turcs votent “Non” au référendum après la clôture des négociations et le feu vert de l’UE!!

    La Turquie a d’ailleurs souvent répété qu”elle continuera de se moderniser encore plus même si les négociations d’adhésion sont bloquées, et qu”elle n’abandonnera pas ces négociations tant que l’UE ne lui aura pas dit “Non”.

    Cordialement

    Cem

  3. Serait-ce trop demander à l’auteur d’en dire plus quant aux raisons du refus du référendum par les chypriotes grecs? Ne serait-ce pas aussi parce que les 3/4 des réfugiés du nord qui ont tout perdu en 1974 auraient du renoncer définitivement et légalement à leurs biens spoliés?

    De plus, mettre le bloquage de l’entrée dans l’UE de la Turquie entièrement sur le dos des chypriotes grecs est un peu trop facile. Sur tous les chapitres non ouvert, tous ne sont que sur Chypre?

  4. A Anonymous:

    Günter Verheugen a dit en 2004 qu’il a été trahi par le gouvernement chypriote grec. Pat Cox et Chris Patten dénoncèrent la propagande anti-réunification des dirigeants chypriotes grecs de l’époque, auxquels il faut ajouter l’actuel président chypriote grec Demitris Christofias. Mr Christofias, qui s’opposa au plan de paix de Kofi Annan en 2004, et qui, par ailleurs, sabota pendant près de deux ans les négociations pour la réunification de Chypre avec l’ex-président chypriote turc Mehmet Ali Talat. Si les citoyens chypriotes grecs votèrent ” Non” en 2004, c’est parce que leurs dirigeants leur lavèrent le cerveau.

    Le gouvernement chypriote grec distribua plus de 5 000 lettres à ses fonctionnaires dans lesquelles il prétendait que si le plan de paix de Kofi Annan était approuvé, beaucoup d’avantages sociaux seraient remis en question, et que le secteur du tourisme serait gravement touché.

    Autre chose, pourquoi l’UE a fait des Chypriotes grecs des membres de l’UE alors que les lois de l’UE stipulent qu’aucun pays ne peut être membre de l’UE si ce pays a un conflit à ses frontières? Cette adhésion n’est-elle pas en contradiction avec le droit international? Juridiquement et politiquement, l’Union Européenne est dans une embarrassante situation. Et c’est un euphémisme.

    L’île de Chypre entière est donc désormais européenne depuis 2004. Et le problème des réfugiés et des compensations financières est dorénavant un problème de l’UE. Mais que fait donc l’UE? Plutôt que d’aider les Chypriotes turcs et grecs à trouver une solution, elle continue volontairement d’isoler les Chypriotes turcs, ce en manipulant le problème chypriote et les négociations UE-Turquie au parlement européen, avec Mr Sarkozy et Mme Merkel en tête, bien entendu.

    Il est objectif de soulever ce problème des compensations et du retour des réfugiés chypriotes grecs en Chypre du nord, mais permettez-moi de dire qu’il est subjectif et même trop facile de résumer le problème chypriote et l’échec du référendum dans la partie grecque de 2004 à cela. Ce problème n’était certainement pas mis en avant en 2004 par les dirigeants grecs, puisque ces derniers ont menti à leur population avant le référendum en disant que le principal obstacle pour la réunification de l’île est la présence des soldats turcs en Chypre du nord.

    Il faut ainsi arrêter de justifier subjectivement l’opposition catégorique des dirigeants grecs à la réunification de Chypre en 2004 en rappelant que seule la moitié des Chypriotes grecs aurait bénéficié d’un retour en Chypre du nord. Car le grand problème mis en avant était bel et bien les troupes turques. Mais les dirigeants chypriotes grecs sont de mauvaise foi, puisque ce problème était déjà annoncé comme résolu en 2004: en effet grâce au plan de paix de Kofi Annan, il était prévu que les 35 000 soldats turcs quitteraient Chypre du nord (seulement 650 soldats seraient restés). Mais vraisemblablement les soldats turcs ne sont pas le véritable problème non plus pour les dirigeants chypriotes grecs, sinon ils auraient invité – et même convaincu – leurs citoyens de voter “Oui” au plan de paix de Kofi Annan (au fait il y a des bases militaires britanniques en Chypre du sud).

    Un journaliste chypriote grec a courageusement dit que c’est la partie grecque qui ne veut pas de solution, en soulignant que la partie turque était prête à retirer ses troupes de Chypre du nord. Par-contre certaines personnes aiment à répéter que le problème des réfugiés et des compensations serait le vrai problème. Quelle échappatoire!

    Ce qui est révélateur est que les nationalistes turcs et chypriotes turcs étaient, à l’instar des dirigeants chypriotes grecs, hostiles au plan de paix de Kofi Annan. Mais la partie turque a lutté contre ses nationalistes et a fermement soutenu le plan de paix de Kofi Annan. Mais il est si facile de pointer du doigt les Turcs, c’en est même devenu une mode. Ce sujet des compensations financières et des réfugiés n’est pas résolu, certes, mais il ne peut aucunement permettre d’avoir une amnésie à propos de la propagande anti-paix de la partie grecque à ce sujet. Ni une amnésie à propos de sa propagande malsaine contre la perspective d’adhésion à l’UE de la Turquie.

    Enfin, il faut souligner que les partis politiques la nouvelle démocratie et le pasok en Grèce soutinrent en 2004 le plan de paix de Kofi Annan pour la réunification de Chypre. Alors, la solution proposée par la partie turque et Kofi Annan concernant les compensations financières et le retour des réfugiés chypriotes grecs en Chypre du nord explique-t-elle réellement la propagande du “Non” des dirigeants chypriotes grecs?

    Il faut rappeler que les Chypriotes grecs ne considèrent pas les Chypriotes turcs comme des citoyens chypriotes. Et les Chypriotes grecs font tout pour que les Chypriotes turcs restent des citoyens chypriotes de seconde classe en s’opposant activement, avec la Grèce et Mr Sarkozy, à la levée des embargos infligés aux Chypriotes turcs. Au fait, un sondage réalisé en 2008 mais dont les résultats ont été révélés en 2009 indique que les Chypriotes grecs sont les plus racistes de l’UE (ce sondage a été mentionné par cet article d’Euractiv Turquie de novembre 2009, que j’ai remarqué avec cet article de cette semaine, qui indique quant à lui que le racisme est en hausse dans l’UE. Les nombreuses déclarations anti-turques de Mr Sarkozy et Mme Merkel y ont contribué, avec bien entendu la haine anti-turque et anti-islam propagée par les médias).

    Isoler les Chypriotes Turcs est le sport favori des dirigeants chypriotes grecs. De la même manière que la Grèce isola les étudiants turcs en opposant de manière malsaine pendant des années son veto contre leur participation au programme Erasmus ou contre la candidature de la Turquie à l‘UE. Si les dirigeants chypriotes grecs (ainsi que les leaders religieux très influents) on lavé le cerveau de leurs citoyens pour que le “Non” l’emporte massivement en 2004, c’est aussi parce qu’ils savaient qu’ils allaient de toute manière être membres de l’UE. Ils ont de plus un niveau de vie élevé, alors pourquoi vouloir approuver la réunification de Chypre? C’est exactement cette mentalité qui les prédomine.

    Voici à la fin de cette chronologie à propos de Chypre un commentaire intéressant de Cem38 (ce n’est pas moi, mais je poste mes commentaires sur le Hürriyet daily news en tant que Cem77. Par ailleurs, j’ai arrêté depuis deux mois de commenter des articles sur ce site parce que même dans ce quotidien turc en anglais, il y a des nationalistes grecs et chypriotes grecs qui ont le culot de faire leur immonde propagande anti-paix contre la Turquie. Mais je compte y retourner d’ici peu si j’ai plus de temps).

    Au lieu de se concentrer sur les problèmes créés par l’adhésion des Chypriotes grecs, que fait l’UE? Elle bloque 8 chapitres des négociations parce que la Turquie n’autorise pas l’accès à ses ports et aéroports aux Chypriotes grecs. Pourquoi la Turquie ne leur applique-t-elle pas le protocole douanier? Eh bien la Turquie répète qu’elle ouvrira ses ports et aéroports aux Chypriotes grecs dès que l’UE aura tenu sa promesse faite en avril 2004 de commercer directement avec les Chypriotes turcs.

    Alors, est-ce vraiment à cause des Chypriotes grecs et de la Grèce que l’UE n’arrive pas à tenir sa promesse? Sont-ils si puissants pour dicter ce que l’UE doit faire? Rappelons que l’Espagne a dit il y a 3 semaines qu’elle n’a pu ouvrir plusieurs chapitres des négociations avec la Turquie à cause de Mr Sarkozy, Mme Merkel, de la Grèce et des Chypriotes grecs. Et elle n’en a ouvert qu’un seul (sécurité alimentaire) le dernier jour de sa présidence de l’UE. L’Espagne ajouta ceci: “La Turquie est victime de discriminations de la part de l’UE”. Les Chypriotes grecs ont tout fait pour que le chapitre de la sécurité alimentaire ne soit pas ouvert.

    Les Chypriotes grecs bloquent plusieurs chapitres dont celui de l’énergie. Mr Sarkozy bloque subjectivement 5 chapitres des négociations (et non 8, contrairement à ce que j’écrivis dans mon article) à lui tout seul, parce que ces chapitres sont cruciaux: en effet si la commission de l’UE les ouvre il sera alors très difficile d’empêcher l’adhésion de la Turquie à l’UE. Mais comment Mr Sarkozy justifie-t-il officiellement ce blocage? N’est-ce pas un scandale?

    Quant à l’UE, elle en bloque 8 à cause du refus de la Turquie d’étendre le protocole douanier aux Chypriotes grecs (mais derrière ce blocage se dissimulent bien sûr les Chypriotes grecs, mais aussi très probablement Mr Sarkozy et Mme Merkel. Des diplomates européens ont dit que la France et l’Allemagne se cachent derrière les Chypriote grecs pour saboter les négociations UE-Turquie).

    Finalement, les Chypriotes turcs et la Turquie ont prouvé qu’ils souhaitent la réunification de Chypre. Mais la partie grecque veut-elle vraiment que Chypre se réunifie? Et la question primordiale est la suivante: l’UE va-t-elle enfin s’affranchir de Mr Sarkozy et de Mme Merkel pour enfin jouer son rôle qui est celui de promouvoir et maintenir la paix? Avec Chypre, l’UE a prouvé qu’elle est incompétente. Mais elle le prouve également en restant spectatrice à propos de ce que fait Israël envers les Palestiniens. Comment l’UE va-t-elle alors être en mesure d’apporter des solutions crédibles aux prochains problèmes de notre planète si elle n’est même pas capable de résoudre ces deux sujets (bien que ce que vivent les Palestiniens soit bien pire que ce que les Chypriotes turcs endurent).
    Notre planète et ses problèmes sont les otages de la propagande (chypriote) malsaine de Mr Sarkozy et Mme Merkel.
    L’UE dont je rêve n’est certainement pas celle-ci. L’UE dont Robert Schuman et Jean Monnet rêvaient non plus.

    Amicalement vôtre,

    Cem

    PS: voici un article de ABhaber concernant une interview avec Marco Perduca. Ci-dessous la traduction de l’article:

    Le sénateur italien Marco Perduca: “Les erreurs commises par l’Union Européenne à Chypre sont inacceptables”

    Le sénateur italien Marco Perduca dit que les erreurs commises par l’UE à Chypre sont inacceptables. Membre du parti Radical, le sénateur Perduca a attiré l’attention sur le fait que bien que les Chypriotes turcs aient dit ”Oui” au plan Annan des Nations Unies, ceux-ci subissent toujours les embargos, et l’UE reste spectatrice. Il ajouta que quel que soit l’angle à partir duquel le problème chypriote est regardé, l’UE se trouve dans l’erreur la plus absolue.

    Le sénateur Marco Perduca a commenté à Abhaber les évènements postérieurs à l’élection présidentielle en république turque de Chypre du nord:

    ”Il faut tout d’abord beaucoup remercier Mr Talat. Il faut à présent jeter un oeil à l’agenda du nouveau gouvernement chypriote turc et du président de la république Mr Eroglu. Il apparaît ainsi que Mr Eroglu a adopté une (bonne) conduite à propos des négociations. C’est un pas positif. Les négociations vont commencer dans les prochains jours.

    Que les décisions pour la levée des embargos (infligés aux Chypriotes turcs) soient toujours discutées dans l’UE est inacceptable. C’est la crédibilité de l’UE et la confiance qu’elle inspire qui sont en question. Il ne nous est pas possible de poursuivre les négociations tout en bloquant la levée des embargos envers les Chypriotes turcs. Cela n’est pas possible.

    Il faut voter la levée des embargos. Cette levée serait bénéfique pour le processus des négociations. Le blocage des Chypriotes grecs est purement politique.

    La Turquie doit leur ouvrir ses ports, certes, et de toute manière personne dans l’UE ne conteste cela. Mais les embargos envers les Chypriotes turcs doivent cesser immédiatement. Il y a des pays de l’UE qui se sont cachés derrière les Chypriotes grecs afin de saboter la perspective d’adhésion de la Turquie, mais en réalité ils ont nuit à l’UE.

    Malgré leur promesse, ils continuent d’imposer des embargos aux Chypriotes turcs, qui ont pourtant accepté le plan de paix des Nations Unies, alors qu’ils ont fait des Chypriotes grecs des membres de l’UE malgré leur refus de ce plan de paix. L’UE n’est pas en mesure d’apporter une explication à cela. Il faut mettre un terme à ce jeu.

    Les Chypriotes turcs ont besoin d’une nouvelle et forte approche politique. Pour que les Chypriotes turcs soient sauvés des embargos et puissent bénéficier de leurs droits en tant que citoyens de l’UE (reconnaissance de la langue turque comme langue officielle de l’UE, et entrée en fonction officielle de deux représentants chypriotes turcs au parlement de l’UE), il faut que Mr Eroglu réunisse les parlementaires européens.”

Comments are closed.