Turkey

Malgré la politique anti-turque continuelle de Mr Sarkozy et d’autres personnages irresponsables de la scène politique (et de certains lobbies), il faut savoir que ceux-ci sont finalement des détails car ils ne seront pas éternellement aux commandes de leur pays. Les vrais dirigeants de l’UE, ceux qui sont responsables et qui ont une vision à long terme de l’UE et du monde dans lequel nous vivons, ont déjà décidé depuis bien longtemps d’intégrer la Turquie à l’UE.

Comme l’avait dit Jacques Chirac à Mr Sarkozy en 2004: “L’adhésion de la Turquie à l’UE est un sujet qui est au-dessus de toi, tu te tais”.

Mais Nicolas Sarkozy et Angela Merkel n’ont pas l’intention de se taire et préfèrent remettre en cause les signatures de 1999 et de 2004 de toute l’UE concernant la Turquie. Ils n’ont manifestement pas compris ce qu’est l’UE, et ils n’ont pas de vision. Ils sont d’ailleurs très actifs au parlement de l’UE afin d’imposer leur opinion personnelle à propos de la Turquie. Voici une nouvelle preuve du racisme anti-Turquie au parlement de l’UE: les Grecs, les Chypriotes grecs, les Chrétiens démocrates, l’extrême droite ainsi que tous ceux qui s’opposent à l’adhésion de la Turquie à l’UE font en sorte que le parlement européen ne vote pas la levée des embargos infligés aux Chypriotes turcs. Levée qui fut promise par l’UE en avril 2004. Voici l’article en turc de ABhaber traitant de cela.

Cet article explique donc que les vassaux de Mr Sarkozy et de Mme Merkel (CDU-CSU) œuvrent de concert pour empêcher que cette levée soit votée. Main dans la main avec les Chypriotes grecs qui agissent en toute impunité, puisqu’ils votèrent “Non” au plan de paix de Kofi Annan pour la réunification de Chypre en 2004 (plan qui prévoyait le retrait progressif des troupes turques en Chypre du nord et qui limitait le nombre de militaires sur place à 650). Elmar Brok, un proche d’Angela Merkel, a dit ouvertement ceci: “Nous ferons tout ce que les Chypriotes grecs nous demanderont”. Voilà donc un nouvel étalage de la haine à l’égard de la Turquie on ne peut plus clair (alors que la chancelière allemande avait officiellement reconnu que ce fut une erreur d’avoir accepté les Chypriotes grecs en tant que membres de l’UE. Effectivement, l’UE, en ayant fait de Chypre du sud un membre de l’UE, a enfreint ses propres lois qui stipulent qu’aucun pays ne peut être membre de l’UE si ce pays a des problèmes avec ses frontières). Vous avez dit racisme? Pas étonnant que la xénophobie soit en hausse dans les pays de l’UE.

De nombreux politiciens au parlement de l’UE se chargent eux-mêmes de donner l’exemple. C’est dangereux. Et c’est un scandale. N‘ont-ils pas honte? N’ont-ils pas d’honneur?

Est-ce cela l’UE? Robert Schuman et Jean Monnet seraient indignés (voici un article en français très intéressant à leur sujet).

D’après l’article de ABhaber, des observateurs du dossier chypriote au parlement de l’UE se sont exprimés: “La France et l’Allemagne se cachent derrière les Chypriotes grecs pour bloquer la perspective d’adhésion de la Turquie à l’UE. Cela pose problème dans l’UE. Il y a des pays qui ont commencé à protester contre cela. Plusieurs pays de l’UE souhaitent que la Turquie ouvre ses ports et aéroports aux Chypriotes grecs mais en même temps ils souhaitent que l’UE tienne sa promesse de lever les embargos infligés aux Chypriotes turcs.”

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel vont-ils réussir à saboter la levée des embargos? L’UE va-t-elle perdre encore plus de crédibilité à cause d’eux? Quoi qu’il en soit, concernant Chypre, la partie turque a la conscience tranquille, ce surtout grâce au “Oui” de la partie turque pour la réunification de Chypre en 2004. Dans quelques semaines nous verrons ce qui va se passer au parlement de l’UE. La levée des embargos est le nouvel évènement clé dans la résolution du problème chypriote. Tout repose sur cette décision qui sera un évènement crucial et historique si elle est validée. Mais les Chypriotes grecs sont affolés de cette perspective, comme en témoigne cet article d’Euractiv Turquie.

Et voilà le projet de l’UE qui rend complètement fous les Chypriotes grecs et la Grèce (en anglais).

Je propose à présent un article à propos de Chypre et de Hélène Flautre (en français) Je cite: “L’UE doit mettre fin à l’isolation des chypriotes turcs et peser dans les négociations en faveur de la réunification de l’île”. Il faut lire ce qu’elle a dit, l’article est court.

Après Hélène Flautre, je cède la place à Stefan Füle qui continue de soutenir les Chypriotes turcs (en turc). Si la

levée des embargos est votée, le jeu malsain de la partie grecque (et du couple franco-allemand) sera fini. Des politiciens de l’UE ont dit qu’ils ont été consternés par le comportement des chypriotes grecs au parlement de l‘UE, “Un comportement digne des pays du tiers-monde”. La partie grecque, qui jubile et gesticule dans tous les sens car membre de l’UE, ne pourra plus agir impunément, puisque justice sera faite pour les Chypriotes turcs, qui ne seront plus considérés comme des citoyens chypriotes de seconde classe. Surtout, les Chypriotes turcs ne se sentiront plus seuls au monde. De plus, l’UE aura prouvé finalement qu’elle respecte ses propres valeurs, bien qu’elle se soit décrédibilisée depuis 2004.

Espérons donc que le plan pervers concernant Chypre sera un échec. Mais Mr Sarkozy et Mme Merkel ont déjà réussi subjectivement à ralentir les négociations UE-Turquie, et ils ont aussi atteint un autre objectif: si les Turcs sont aujourd’hui moins enthousiastes à propos de l’adhésion de la Turquie à l’UE, c’est à cause de ces deux politiciens. Leurs nombreuses déclarations contre l’adhésion turque ont tout simplement dégoûté les citoyens turcs.
Ces déclarations qui rabaissaient bel et bien la Turquie ont fait l’effet escompté: les Turcs soutiennent moins l’adhésion car ils se sentent insultés. En tant que Turc je me sens extrêmement insulté aussi, non seulement par certains politiciens qui expriment leur haine de la Turquie, mais aussi par les médias qui ont, depuis 2004 particulièrement, insulté et attaqué la Turquie et sa perspective d’adhésion.

Donc la stratégie malsaine de Mr Sarkozy et Mme Merkel a été de décourager les Turcs de manière à ce qu’ils cessent de soutenir l’adhésion de la Turquie à l’UE. Et selon les derniers sondages en Turquie, ça a plutôt bien marché. Mais le gouvernement turc est conscient de ce projet et n’est pas tombé dans ce piège. En politique, il n’y a pas de place aux émotions. Mr Sarkozy et Mme Merkel devraient comprendre cela, mais apparemment leur position concernant la Turquie est plutôt personnelle, et guidée par leurs émotions. Ils ne pourront jamais dissuader l’état turc de poursuivre sa voie vers l’UE.

Quoi que puissent dire les politiciens qui s’opposent avec virulence à l’adhésion de la Turquie à l’UE (complexés par la victoire d’Atatürk et de son armée face aux puissances européennes

et par l’existence même de la Turquie laïque et moderne d’Atatürk?), il est trop tard: les négociations pour l’adhésion (et pour rien d’autre) ont déjà débuté, ce en 2005. Par ailleurs, il faut savoir que la Turquie est en étroite collaboration avec l’UE dans de nombreux domaines depuis 50 ans environ. La Turquie est ainsi très proche de l’UE et c’est pourquoi nous pouvons affirmer qu’elle est déjà membre de l’UE, mais elle est un membre non officiel de l’UE! (L’accord douanier de 1995/1996 en est une des raisons. Au fait, l‘économie turque est si imbriquée à l‘économie de l‘UE que lorsque la Turquie sera membre de l‘UE, elle intégrera immédiatement la zone euro). Il ne manque que sa présence au parlement européen!

Le très influent Günter Verheugen dit ceci: “Les évènements politiques mondiaux vont démontrer à l’Europe combien nous avons tant besoin de la Turquie.”

Je propose à présent cet article en turc.

La Turquie est en train de faire le travail que notre UE devrait faire au niveau international!

Voici la phrase clef de l’article: “Le porte parole de la commission européenne Maja Kocnancic a dit: “La Turquie est en train de jouer un rôle clef à propos de l’Iran””.

Selon l’article, le ministre des affaires étrangères turques Ahmet Davuoğlu est continuellement en contact avec Catherine Ashton concernant le dossier du nucléaire iranien.

Nous devons reconnaître que l’UE n’est pas indépendante des Etats-Unis d’Amérique puisqu’elle chante le même refrain qu’eux au sujet de l’Iran. Et la France suit aveuglément les Américains et Israël. Par ailleurs, à l’instar des Etats-Unis d’Amérique, la France ne participa pas au vote du rapport Goldstone aux nations unies, ce rapport qui, rappelons-le, condamna les crimes contre l’humanité d’Israël à Gaza. Mr Sarkozy a vraisemblablement beaucoup d’énergie et de temps pour essayer de bloquer définitivement l’adhésion de la Turquie à l’UE, mais il semble ne pas en avoir à propos de la Palestine et Israël.

L’UE a besoin de s’affranchir des Etats-Unis d’Amérique (qui font tout en leur pouvoir pour sanctionner l’Iran mais qui ne font rien contre Israël et ses crimes en Palestine) et des lobbies israéliens. Sinon elle ne restera qu’une spectatrice de notre monde, en laissant les Américains semer le désastre. Est-ce ce que l’UE souhaite? Se contenter de contempler le spectacle horrible du monde, assise confortablement dans son fauteuil?

Il est très souhaitable, et même vital, que l’UE et la Turquie travaillent ensemble et plus sérieusement, sans perdre de temps, sans attendre l’adhésion de la Turquie à l’UE, afin d’éviter des guerres et changer notre monde. “Paix dans le pays, pays dans le monde”. C’est sur cette pensée qu’est en train de travailler sans relâche la Turquie au niveau international, et le dossier du nucléaire iranien en est un exemple. La Turquie a maintes fois répété qu’elle ne veut pas d’armes nucléaires dans sa région et qu’elle ne veut pas non plus de sanctions supplémentaires contre l’Iran. La Turquie ne veut surtout pas d’une intervention militaire. La Turquie a peur d’une éventuelle nouvelle guerre dans sa région. Il faut souligner que la Turquie a des intérêts économiques et énergétiques avec l’Iran, qui est son voisin. L’UE a souvent répété que la Turquie doit entretenir de bonnes relations avec ses voisins. Eh bien c’est ce qu’elle est en train de faire. La Turquie prône le dialogue et les relations économiques afin de stabiliser les différentes régions dans lesquelles elle occupe une place unique au monde, pour que règne la paix. Qui serait dérangé par un Moyen Orient ou un Caucase stables?

Je pense que la Turquie doit être membre de l’UE, car une fois la Turquie en son sein, l’UE sera plus forte, quittera son statut de spectatrice du monde, pour enfin devenir un réel acteur mondial qui sera en mesure de changer notre planète. Il suffit d’ouvrir les yeux et de voir ce que la Turquie est actuellement en train d’accomplir à elle seule dans ses régions, du Caucase jusqu‘aux Balkans. Et il suffit d’imaginer ce qu’elle pourrait faire avec l’UE une fois membre de celle-ci.

Il ya des inconvénients pour la Turquie à être membre de l’UE, mais en tant que Turc, je me fiche que la Turquie va être un grand contributeur au budget de l’UE une fois membre de l‘union. Parce que notre planète et ses problèmes sont plus importants que l’argent. Voilà ce que je dirais pour convaincre les Turcs à propos de l’adhésion de la Turquie à l’UE (je suis en colère et j’ai de la rancune envers l’UE, et cette rancune est justifiée par le lynchage médiatique et politique auxquels j’assiste depuis 2004 à l’encontre de la Turquie. Elle est aussi surtout justifiée par le fait que l’UE a abandonné la Turquie dans sa lutte contre le PKK pendant 30 ans. Surtout quand on sait que l’UE a tardé à reconnaître le PKK comme un groupe terroriste. Sachant aussi que le terrorisme a coûté la vie à 40 000 personnes, et plus de 200 milliards d’euros à la Turquie. En raison de tout cela, il m’arrive d’être indécis quant à l’adhésion de la Turquie à l’UE. Mais je pense après mûre réflexion qu’il faut soutenir l’adhésion de la Turquie à l’UE parce que notre planète en a énormément besoin).

L’état turc est déterminé à voguer vers les côtes de l’UE. Des requins ont réussi à ralentir les négociations en bloquant plusieurs chapitres, mais des dauphins soutiennent le bateau turc et le guident vers l’UE.

Le bateau a ralenti, mais il devrait aller plus vite. Cependant, le plus important est qu’il continue de voguer, et la bonne nouvelle est que l’UE est déjà à l’horizon.

Patience. Vers 2016-2020 la très belle langue turque sera une langue officielle de l’UE.

Amicalement vôtre,

Cem

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print