Turkey

Je souhaite aujourd’hui parler du nationalisme. Il est important de définir ce qu’est le nationalisme. Pour moi il existe deux types de nationalisme: l’un est négatif, l’autre positif.

Voici quelques exemples du nationalisme négatif turc:

“Notre pays est le meilleur du monde, les autres ne nous arrivent pas à la cheville, les Grecs sont nos ennemis et des minables, l’UE est un danger pour notre pays qui nous veut que du mal, replions-nous sur nous-mêmes, ….”

Et ci-dessous quelques exemples du nationalisme positif turc (ce qui suit est ce que je pense en tant que Turc):

Je soutiens l’unité nationale de la Turquie et notre armée qui protège notre pays contre le terrorisme et les menaces extérieures, mais je m’oppose aux militaires (qui se prennent pour Atatürk et ses soldats) qui bafouent la démocratie pour soi-disant sauver notre pays en se prenant pour des soi-disant héros.

Notre économie doit être très compétitive.

Il faut que notre équipe de football gagne la coupe d’Europe (à différencier du chauvinisme, duquel je fuis!).

Empêchons les navires étrangers de polluer nos mers avec leurs dégazages (les eaux turques sont parmi celles qui sont les moins contrôlées dans le monde).

Nous avons d’exceptionnels chanteurs et musiciens et nous n’avons sincèrement rien à envier à l’UE ou aux Etats-Unis d’Amérique dans le domaine de la musique.

Nous avons de nombreux excellents journalistes qui sont objectifs, comparés à beaucoup en France qui devraient vraiment prendre des leçons et évoluer avant de nous critiquer si subjectivement, ….

Notre langue est très belle et devrait être une concurrente de l’anglais au niveau international.

Voilà ce qu’être nationaliste turc est pour moi.

Le nationalisme prôné par Atatürk a toujours été le nationalisme positif, et voici un exemple révélateur illustrant cela: “Ne mutlu türküm diyene”, dit-il un jour. En français: “Heureux qui se dit Turc”.

\"Ne mutlu türküm diyene\"

Il n’a pas dit “….qui est Turc” mais “….qui se dit Turc”. Ce fut une pensée qui se veut (même aujourd’hui) de rassembler des millions de personnes ethniquement différentes, afin de créer une nation, une nation qui venait tout juste de naître en 1923. Atatürk dit aussi: “Paix dans le pays, paix dans le monde”. Il était un homme de paix. En raison de tout ce qu’Atatürk a achevé, je déclare ne connaître aucun homme de toute notre Histoire comparable à lui. Et cela, le monde entier le sait. Qui ne serait pas d’accord? Eh bien ceux qui sont complexés par Atatürk et la Turquie moderne et laïque.

Etant donné que je suis français aussi (oui, bien que d’origine turque, je suis aussi français et j’en suis très fier), je soutiens bien sûr notre économie, j’ai soutenu la France lors des jeux olympiques d’hiver à Toronto, je suis contre la culture des OGM des Américains sur notre territoire, je suis outragé quand je vois des dégazages ou des catastrophes pétrolières sur nos côtes, cela me tourmente beaucoup (en fait là ce serait aussi en tant que citoyen du monde), je suis fier de notre TGV, incontestablement le meilleur du monde, et je suis vraiment fier de Renault (cliquez ici et là ), et du travail remarquable de la France à l’ESA et à Airbus.

Enfin, j’aimerais que la France et la Turquie travaillent main dans la main pour faire de notre planète un espace plus harmonieux. La Turquie est en train d’agir dans ce sens, mais cela m’exaspère qu’à cause de Mr Sarkozy, ce travail ne s’effectue pas avec la France, qui mérite d’ailleurs un bien meilleur chef d’état.

La Turquie et la France sont pourtant très proches. Saviez-vous qu’Atatürk a lu Descartes et Montesquieu, entre autres? Saviez-vous que plusieurs milliers de mots de la langue turque proviennent du français? Le dernier mais pas le moindre, il faudrait que les Français sachent qu’Atatürk a fondé la Turquie en s’inspirant notamment de la France.

Quel gâchis ces relations turco-françaises. Je suis vraiment peiné. Mais un jour cette situation va changer. Patience.

Croire que le nationalisme turc est incompatible avec l’UE est ridicule (c’est le nationalisme négatif qui est incompatible avec les valeurs de l’UE, par ailleurs le nationalisme négatif est un mal que chaque pays du monde connaît, et bien que le nationalisme négatif des pays de l’UE est incompatible avec les fondements de l’UE, ceux-ci sont devenus membres de l‘union).

Et croire que l’armée turque est contre l’adhésion de la Turquie à l’UE est une erreur et un préjugé. Je me souviens très bien d’un évènement exceptionnel et symbolique, mais qui ne fut bizarrement pas traité par les médias en France. En 1998 ou 1999, l’actuel chef d’état major des armées turques, Ilker Başbuğ, s’adressa aux chefs d’état major de toute l’UE, alors invités en Turquie: il leur expliqua que l’armée turque n’est pas contre l’adhésion de la Turquie à l’UE.

Et il souligna que cette adhésion s’inscrit dans la continuité de ce qu’Atatürk commença (cette dernière phrase est à peu près ce qu’il a dit, je ne me souviens plus de la phrase exacte, mais l’idée est bien celle-ci).

Etrange et révélateur cette réunion en haut lieu, non? Pourquoi? Parce que la Turquie n’était même pas encore reconnue candidate officielle à l’UE!

En envoyant ses chefs d’état major en Turquie, l’UE a clairement confirmé ses intentions de faire de la Turquie un membre de l’UE. A mes yeux c’était un message clair. Et c’était aussi symbolique.

Voici un article intéressant en turc.

Voici la phrase la plus importante de cet article, qui apparaît dans l’introduction et dans la conclusion:

“….üyeliğin Türkiye’ye verilecek bir taviz, iltimas değil, tam tersi Türkiye’nin hakkı olduğunu ifade etti.”

En français: “L’adhésion (à l’UE) ne sera pas une concession donnée à la Turquie, au contraire elle est son plein droit.”

C’est ce que j’écris depuis septembre 2009 dans mes articles.

La Turquie sera membre de l’UE en raison de ses relations avec l’UE qui datent depuis environ 60 ans. La Turquie va adhérer à l’UE parce que c’est un projet de longue date, qui a pour origine un ancrage politique fort vers l’Europe de la Turquie d’Atatürk.

Elle sera membre de l’UE parce que cette adhésion est une parfaite continuation de la vision d’Atatürk. Il est très important de souligner qu’être proche de l’Europe est un projet qui remonte à Atatürk, qui dit que l’objectif de la Turquie est de devenir un pays moderne, à l’instar des pays européens. Cependant, la Turquie n’a pas besoin d’être membre de l’UE pour être plus moderne parce qu’elle sera plus moderne grâce aux négociations avec la commission européenne. Tandis que l’adhésion de la Turquie à l’UE sera un puissant instrument politique qui permettra de contribuer à un monde meilleur en proposant une alternative à la politique mondiale désastreuse des Etats-Unis d’Amérique. En effet, avec une Turquie membre de l’UE, l’UE aura un passeport (sans visas) qui l’aidera à changer notre monde. L’adhésion de la Turquie à l’UE est profondément enracinée au projet d’Atatürk: la modernité.

Rendons-nous compte de ce qu’Atatürk a accompli en si peu d’années. Ce fut une révolution. Un travail remarquable et colossal. Et hors du commun! Il a crée un pays, une nation.

Maintenant imaginons ce qu’Atatürk aurait pu accomplir s’il avait vécu 10 ans de plus.

Je suis sûr que la Turquie aurait été une superpuissance depuis bien longtemps déjà, et une des premières puissances de l’UE.

La Turquie est train de réaliser aujourd’hui ce qu’elle n’a pas pu faire pendant 50 ans. Je ne dis pas que c’est que grâce à l’AKP (qui fait un excellent travail au niveau international) que la Turquie est en train de changer, mais c’est aussi surtout grâce à la stabilité politique que la Turquie arrive à évoluer positivement, ce depuis 2002.

Pendant environ 60 ans il y a eu 64 gouvernements!! Sans stabilité, pas de progrès. C’est évident. C’est pourquoi il faut relativiser la part de responsabilité de l’AKP à propos des progrès de la Turquie.

Enfin, selon un rapport de Kemal Derviş écrit en 2004, la Turquie sera la cinquième puissance économique de l’UE en 2020. Il n’y a pas

d’incertitude quant à l’avenir économique de la Turquie. Et au niveau politique, la Turquie est en train d’accomplir un travail remarquable à l’international. Elle est sur la bonne voie pour faire de notre planète un monde meilleur. Et une fois la Turquie fusionnée avec l’UE, la paix se propagera vraiment partout.

Car le plus court chemin est celui que l’on prend ensemble. L’UE et la Turquie doivent s’unir parce que cette union est l’union de la raison. Le monde a besoin d’une UE puissante, donc l’UE a besoin d’une Turquie membre de l’UE. La question n’est plus de savoir (depuis le sommet de l’UE en 1999 à Helsinki) si la Turquie sera membre de l’UE, mais quand elle sera membre de l’UE.

En suivant de près la Turquie depuis 1996, je peux dire que je suis très optimiste.

Pourquoi? Eh bien d’abord remémorons-nous la période sombre qui s’étala sur plusieurs décennies en Turquie (surtout à cause du terrorisme du PKK). Puis soyons conscients des progrès fulgurants de la Turquie depuis une dizaine d’années. Maintenant imaginons ce qu’elle pourrait achever d’ici 2023, le centenaire de la fondation de la république turque par Atatürk. Enfin, à long terme l’alliance officielle UE-Turquie sera un cocktail puissant et efficace qui sera capable d’apporter des solutions aux futurs problèmes que notre planète blessée et fragile devra affronter.

L’avenir de la Turquie est radieux. L’avenir de notre planète est radieux.

Amicalement vôtre,

Cem

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print