Turkey

La Turquie a enfin su défendre sa position à propos du problème chypriote en prouvant que c’est un problème dont la partie grecque a une grande responsabilité. Par ailleurs, rappelons que les Chypriotes turcs votèrent “Oui” au plan de paix Annan des Nations Unies pour la réunification de Chypre, tandis que les Chypriotes grecs votèrent “Non”. Les Grecs avaient réussi à faire porter la responsabilité de ce conflit à la Turquie, car autrefois la Turquie n’était pas en mesure d’expliquer son point de vue, puisque d’une part il n’y avait pas de stabilité politique, et d’autre part, le terrorisme du PKK ne lui permettait pas de s’occuper de son image à l’international. De plus, le problème chypriote était (et est toujours) traité subjectivement par les médias de l’UE. En effet, le lavage de cerveau anti-Turquie continu des médias est célèbre. Mais ces temps-là sont révolus. Bien que la partie grecque agisse toujours en toute impunité et honteusement au parlement de l’UE, elle doit désormais faire face à une Turquie stable.

Günter Verheugen a dit en 2004 qu’il a été trahi par le gouvernement chypriote grec. Pat Cox et Chris Patten dénoncèrent la propagande anti-réunification des dirigeants chypriotes grecs de l’époque, auxquels il faut ajouter l’actuel président chypriote grec Demitris Christofias. Mr Christofias, qui s’opposa au plan de paix Annan en 2004, et qui, par ailleurs, sabota pendant près de deux ans les négociations pour la réunification de Chypre avec l’ex-président chypriote turc Mehmet Ali Talat. Si les citoyens chypriotes grecs votèrent “Non” en 2004, c’est parce que leurs dirigeants leur lavèrent le cerveau. Un rappel: Angela Merkel a dit que ce fut une erreur d’avoir accepter les Chyproite grecs comme membres de l’UE.

Le gouvernement chypriote grec distribua plus de 5 000 lettres à ses fonctionnaires dans lesquelles il prétendait que si le plan de paix Annan était approuvé, beaucoup d’avantages sociaux seraient remis en question, et que le secteur du tourisme serait gravement touché.

Chypre entière est donc européenne depuis 2004. Et le problème des réfugiés et des compensations financières est dorénavant un problème de l’UE. Mais que fait donc l’UE? Plutôt que d’aider les Chypriotes turcs et grecs à trouver une solution, elle continue volontairement d’isoler les Chypriotes turcs, ce en manipulant le problème chypriote et les négociations UE-Turquie au parlement européen, avec Mr Sarkozy et Mme Merkel en tête, bien entendu.

Il est objectif de soulever le problème des compensations et du retour des réfugiés chypriotes grecs en Chypre du nord, mais il est subjectif et même trop facile de résumer le problème chypriote ainsi que le “Non” de la partie grecque au plan de paix Annan de 2004 à cela. Ce problème n’était certainement pas mis en avant en 2004 par les dirigeants grecs, puisque ces derniers ont menti à leur population avant le référendum en disant que le principal obstacle pour la réunification de l’île est la présence des soldats turcs en Chypre du nord.

Il faut ainsi arrêter de justifier subjectivement l’opposition catégorique des dirigeants grecs à la réunification de Chypre en 2004 en rappelant que seule la moitié des Chypriotes grecs aurait bénéficié d’un retour en Chypre du nord. Car le grand problème mis en avant était bel et bien les troupes turques. Mais les dirigeants chypriotes grecs sont de mauvaise foi, puisque ce problème était déjà annoncé comme résolu en 2004: en effet, grâce au plan de paix Annan, les 35 000 soldats turcs auraient quitté Chypre du nord (seulement 650 soldats seraient restés). Les Chypriotes turcs votèrent massivement “Oui” au plan de paix Annan, alors que les Chypriotes grecs votèrent massivement “Non”. Mais vraisemblablement les soldats turcs ne sont pas le véritable problème non plus pour les dirigeants chypriotes grecs, sinon ils auraient invité – et même convaincu – leurs citoyens de voter “Oui” au plan de paix Annan (au fait il y a des bases militaires britanniques en Chypre du sud, ainsi que des soldats grecs, mais apparemment cela ne semble pas concerner ou gêner les Chypriotes grecs ou des politiciens de l’UE).

Un journaliste chypriote grec, Makarios Drusiotis, a courageusement dit que c’est la partie grecque qui ne veut pas de solution à Chypre, en soulignant que la partie turque était prête à retirer ses troupes de Chypre du nord. Par-contre certaines personnes aiment à répéter que le problème des réfugiés et des compensations serait le vrai problème. Quelle échappatoire. Et il y a plusieurs semaines, l’ancien président chypriote grec Glafkos Klerides dit que les Chypriotes grecs auraient dû accepter le plan de paix Annan.

Ce qui est révélateur est que les nationalistes turcs et chypriotes turcs étaient, à l’instar des dirigeants chypriotes grecs, hostiles au plan de paix de Kofi Annan (souvenons-nous que des nationalistes chypriotes turcs firent exploser une bombe près de la maison de l‘ancien président Mehmet Ali Talat). Mais la partie turque a lutté contre ses nationalistes et a fermement soutenu le plan de paix Annan. Mais il est si facile de pointer du doigt les Turcs, c’en est même devenu une mode. Ce sujet des compensations financières et des réfugiés n’est pas résolu certes, mais il ne peut aucunement permettre d’avoir une amnésie à propos de la propagande anti-paix de la partie grecque concernant le plan de paix Annan. Ni une amnésie à propos de sa propagande malsaine contre la perspective d’adhésion à l’UE de la Turquie.

(De plus, les leaders grecs et chypriotes grecs continuent à agir honteusement au parlement de l’UE: ils jouent à un jeu malsain afin d’empêcher le parlement de l’UE de voter la levée des embargos envers les Chypriotes turcs. Nous sommes en effet habitués à être témoins de leurs bassesses: la Grèce devint un membre de la CEE/l’UE en 1981 et depuis cette date, elle a reçu environ 100 milliards d’euros de l’UE. Grâce à ces fonds colossaux la Grèce fut en mesure de se développer. Mais alors qu’elle profitait de ce soutien financier de l’UE, la Grèce s’opposa égoïstement à la candidature de la Turquie à l’UE. De plus, pendant des années les étudiants turcs n’ont pu participer au programme Erasmus à cause du veto de politiciens grecs. Et aujourd’hui, la Grèce et les Chypriotes grecs, avec l’aide de Mr Sarkozy et de Mme Merkel, sabotent les négociations entre l’UE et la Turquie en sabotant les négociations entre les Chypriotes turcs et grecs. Ils agissent comme si les Chypriotes turcs avaient voté “Non” au plan de paix Annan en 2004. C’est scandaleux. Les Chypriotes grecs sont apparemment devenus le nouvel instrument de plusieurs pays de l’UE afin de saboter l’adhésion de la Turquie à l’UE. D’abord ce fut la Grèce (qui est devenue membre de la CEE/l’UE grâce à Valérie Giscard d’Estaing, un anti-Turquie. En effet, la porte de la CEE/l’UE fut grande ouverte à la Grèce par Mr D’Estaing, à présent elle est fermée à la Turquie par Mr Sarkozy). Aujourd’hui c’est donc le tour des Chypriotes grecs. Et demain, le tour des Autrichiens?)

Enfin, il faut souligner que les partis politiques la nouvelle démocratie et le pasok en Grèce soutinrent en 2004 le plan de paix Annan pour la réunification de Chypre. Alors, la solution proposée par la partie turque et Kofi Annan concernant les compensations financières et le retour des réfugiés chypriotes grecs en Chypre du nord explique-t-elle réellement la propagande du “Non” des dirigeants chypriotes grecs?

Il faut rappeler que les Chypriotes grecs ne considèrent pas les Chypriotes turcs comme des citoyens chypriotes. Et les Chypriotes grecs font tout pour que les Chypriotes turcs restent des citoyens de seconde classe en s’opposant activement au parlement de l’UE, avec la Grèce et Mr Sarkozy, à la levée des embargos infligés aux Chypriotes turcs. Des politiciens de l’UE ont dit qu’ils ont été consternés par le comportement de politiciens chypriotes grecs au parlement de l’UE: “Un comportement digne de politiciens des pays du tiers-monde”.

Isoler les Chypriotes Turcs est le sport favori des dirigeants chypriotes grecs. De la même manière que la Grèce isola les étudiants turcs avec le programme Erasmus ou s’opposa à la candidature de la Turquie à l‘UE. Si les dirigeants chypriotes grecs (ainsi que les leaders religieux très influents) lavèrent le cerveau de leurs citoyens pour que le “Non” l’emporte massivement en 2004, c’est aussi parce qu’ils savaient qu’ils allaient de toute manière être membres de l’UE. De plus, ils ont un niveau de vie élevé comparé aux Chypriotes turcs qui sont isolés du monde. Alors pourquoi approuver la réunification de Chypre? C’est exactement cette mentalité qui les prédomine. Mais les Chypriotes grecs veulent faire porter la responsabilité de l’échec de la réunification à la Turquie. Cependant ils ne réussiront pas.

Ce qui se passa en 1974 n‘était pas une invasion militaire mais une intervention militaire – légale – par la Turquie. Ce fut un intervention pour la paix. Au parlement européen l‘année dernière, alors que la Suède assurait la présidence de l’UE, des politiciens grecs ou chypriotes grecs se sont adressés à Carl Bildt en attaquant la Turquie à propos de Chypre, et Carl Bildt leur répondit que les Turcs intervinrent à Chypre parce que les Chypriotes turcs se faisaient tuer. Les Grecs ne répondirent pas car ils ne surent quoi répondre. Pourquoi? Parce qu’ils ne s’attendaient pas à ce que Mr Bildt donne une telle réponse. Pourquoi? Parce que les politiciens anti-Turquie sont habitués à ne pas faire face à des positions objectives concernant la Turquie.

De plus, le problème chypriote ne commença pas en 1974, comme se plaisent à le prétendre les Chypriotes grecs. Cette intervention de 1974 avait donc pour objectif d’apporter la paix à Chypre. Bref, au lieu de se concentrer sur les problèmes créés par l’adhésion des Chypriotes grecs, l’UE bloque 8 chapitres des négociations UE-Turquie parce que la Turquie n’autorise pas les navires et bateaux chypriotes grecs à entrer sur son territoire. Pourquoi la Turquie n’applique-t-elle pas l’union douanière aux Chypriotes grecs? Eh bien la Turquie répète qu’elle ouvrira ses ports et aéroports aux Chypriotes grecs dès que l’UE aura tenue sa promesse faite en avril 2004 de commercer directement avec les Chypriotes turcs. En d’autres termes, lorsque l’UE lèvera les embargos envers les Chypriotes turcs (par ailleurs, la Turquie souligna que cela ne signifiera pas qu’elle reconnaîtra le gouvernement chypriote grec. En effet, la Turquie dit qu’elle reconnaîtra le gouvernement chypriote grec que lorsqu’une solution sera trouvée avec les Chypriotes turcs).

Mais Mr Sarkozy et Mme Merkel veulent profiter de cette situation. Ils ont pour objectif de saboter le vote de la levée des embargos au parlement de l’UE afin de geler complètement les négociations UE-Turquie. Mais en même temps ils sabotent honteusement la paix à Chypre. C’est scandaleux. Ils sont irresponsables. Souvenons-nous qu’Elmar Brok, un politicien proche d’Angela Merkel, dit: “Nous ferons tout ce que les Chypriotes grecs nous demanderont”. N’est-ce pas révoltant? A cause de ce comportement, les Chypriotes grecs se sentent intouchables concernant le problème chypriote. Et c’est pour cela qu’ils ne montrent pas de volonté pour trouver une solution avec les Chypriotes turcs. Elmar Brok, Mme Merkel et Mr Sarkozy n’ont pas de conscience. Ce comportement est aussi synonyme de racisme. Comme le dit Mehmet Ali Talat il y a quelques mois.

Alors, est-ce vraiment à cause des Chypriotes grecs et de la Grèce que l’UE n’arrive pas à tenir sa promesse? Sont-ils si puissants pour dicter ce que l’UE doit faire? Rappelons que l’Espagne a dit il y a quelques mois qu’elle a pu à peine ouvrir un chapitre des négociations UE-Turquie à cause de la France, de l’Allemagne, de la Grèce et des Chypriote grecs. L’Espagne ajouta: “La Turquie est victime de discriminations de la part de l’UE”.

Les Chypriotes grecs bloquent 6 chapitres dont celui de l’énergie. Mr Sarkozy bloque subjectivement 5 chapitres des négociations, parce que ces chapitres sont cruciaux: en effet si la commission de l’UE les ouvre, il sera très difficile d’empêcher l’adhésion de la Turquie à l’UE. Mais comment Mr Sarkozy justifie-t-il officiellement ce blocage? Ce blocage va à l’encontre des principes de l’UE. LUE a perdu une crédibilité colossale à cause de Mr Sarkozy.

Quant à l’UE, elle en bloque 8 à cause du refus de la Turquie d’étendre l’union douanière aux Chypriotes grecs.

Les politiciens de l’UE qui s’opposent à l’adhésion de la Turquie à l’UE sont certainement satisfaits et espèrent que la situation à Chypre ne changera pas.

Des experts et des diplomates européens ont dit que la France et l’Allemagne (ainsi que l’Autriche et la Grèce) se cachent derrière les Chypriotes grecs pour saboter les négociations UE-Turquie.

Par exemple, Danilo Türk, le président de la Slovènie, dit: “Des problèmes techniques ne devraient pas inutilement être politisés”.

Aujourd’hui, l’UE dit à la Turquie: ”Vous devez résoudre votre problème avec les Chypriotes grecs si vous voulez que les négociations continuent”. Ceci est scandaleux. Pourquoi l’UE n’a-t-elle pas attendu la même chose de la part des Chypriotes grecs avant qu’ils adhérèrent à l’UE en 2004? Cela est-ce la justice?

Autre chose, pourquoi l’UE a fait des Chypriotes grecs des membres de l’UE alors que les lois de l’UE stipulent qu’aucun pays ne peut être membre de l’UE si ce pays a un conflit à ses frontières? Cette adhésion n’est-elle pas en contradiction avec le droit international? Juridiquement et politiquement, l’Union Européenne est dans une embarrassante situation. Et c’est un euphémisme.

Beaucoup de personnes se plaignent de l’injustice à propos de l’adhésion à l’UE des Chypriotes grecs. En effet, l’argument géographique que beaucoup de politiciens, de médias et de citoyens de l’UE répètent ridiculement afin de s’opposer à l’adhésion à l’UE de la Turquie n’a pas de sens. Effectivement, puisque ces anti-Turquie prétendent que la Turquie n’est pas en Europe, pourquoi avoir pris les Chypriotes grecs au sein de l’UE? Soulignons ceci: les Chypriotes grecs sont-ils en Europe?

Mr Sarkozy et Mme Merkel (et leurs vassaux de l’UMP et de la CSU-CDU, ainsi que de nombreux médias) devraient nous montrer où se trouve Chypre sur cette carte. Ils devraient nous dire si Chypre est en Europe. Et l’Islande?

La Turquie est victime de doubles standards de l’UE: bien que l’UE toute entière déclara en 1999 à Helsinki que la Turquie deviendrait un membre de l’UE à part entière et qu’elle serait traitée comme chaque précédent candidat, aujourd’hui nous pouvons constater que c’est loin d’être le cas. Pour commencer, avant que la décision d’ouvrir les négociations UE-Turquie fut prise, en 2004, il fut souligné que cela prendra plus de temps, comparé aux précédents candidats, de fermer un chapitre avec la Turquie. Puis, comme si ce n’était pas assez, de nombreux chapitres sont subjectivement fermés. Donc, la Turquie fait bel et bien face à des doubles standards sur tous les fronts (et n‘oublions pas d’ajouter le lynchage et le lavage de cerveau continus de nombre de journalistes et de médias européens contre la Turquie, ensuite seulement le cocktail indigeste anti-Turquie devient parfait).

Finalement, les Chypriotes turcs et la Turquie ont prouvé qu’ils souhaitent la réunification de Chypre: les Chypriotes turcs ont voté “Oui” au référendum pour la réunification de Chypre. Mais les Chypriotes grecs ont voté “Non”. Le monde entier en est témoin. La Grèce et les Chypriotes grecs veulent-ils vraiment que Chypre se réunifie?
Etant donné l’insistance de la partie grecque à se montrer agressive et de mauvaise foi au parlement de l‘UE, le scénario probable est le suivant: si les Chypriotes grecs confirment leur réticence à ne pas aboutir à une solution avec les Chypriotes turcs, Chypre du nord sera reconnue officiellement par de nombreux pays.
Je soutiens la réunification de Chypre parce qu’elle représenterait une grande leçon de paix pour toute la planète. Elle serait un grand exemple de paix qui aiderait d’autres pays à construire un avenir meilleur pour leurs citoyens. Il n’y a pas de temps à perdre.
L’UE va-t-elle s’affranchir de Mr Sarkozy et de Mme Merkel afin de jouer enfin son rôle qui est celui de promouvoir et maintenir la paix? Avec Chypre, l’UE a prouvé qu’elle est incompétente. Mais elle le prouve également en restant spectatrice à propos de ce que fait Israël envers les Palestiniens. Comment l’UE va-t-elle alors être en mesure d’apporter des solutions crédibles aux prochains problèmes de notre planète si elle n’est même pas capable de résoudre ces deux sujets (bien que ce que vivent les Palestiniens soit bien pire que ce que les Chypriotes turcs endurent)?
L’UE dont je rêve n’est certainement pas celle-ci. Ni l’UE dont Robert Schuman et Jean Monnet rêvaient.

Amicalement vôtre,

Cem

PS: voici un article en turc de ABhaber concernant une interview avec Marco Perduca. Voici la traduction de l’article (publié il y a quelques mois):

“Le sénateur italien Marco Perduca: “Les erreurs commises par l’Union Européenne à Chypre sont inacceptables”

Le sénateur italien Marco Perduca dit que les erreurs commises par l’UE à Chypre sont inacceptables. Membre du parti Radical, le sénateur Perduca a attiré l’attention sur le fait que bien que les Chypriotes turcs aient dit ”Oui” au plan Annan des Nations Unies, ceux-ci subissent toujours les embargos, et l’UE reste spectatrice. Il ajouta que quel que soit l’angle à partir duquel le problème chypriote est regardé, l’UE se trouve dans l’erreur la plus absolue.

Le sénateur Marco Perduca a commenté à ABhaber les évènements postérieurs à l’élection présidentielle en république turque de Chypre du nord:

”Il faut tout d’abord beaucoup remercier Mr Talat. A présent il faut jeter un œil à l’agenda du nouveau gouvernement chypriote turc et du président de la république Mr Eroğlu. Il apparaît ainsi que Mr Eroğlu a adopté une bonne conduite à propos des négociations. C’est un pas positif. Les négociations vont commencer dans les prochains jours.

Que les décisions pour la levée des embargos (infligés aux Chypriotes turcs) soient toujours discutées dans l’UE est inacceptable. C’est la crédibilité de l’UE et la confiance qu’elle inspire qui sont en question. Il ne nous est pas possible de poursuivre les négociations tout en bloquant la levée des embargos envers les Chypriotes turcs. Cela n’est pas possible.

Il faut voter la levée des embargos. Cette levée serait bénéfique pour le processus des négociations (UE-Turquie). Le blocage des Chypriotes grecs est purement politique.

La Turquie doit leur ouvrir ses ports, certes, et de toute manière personne dans l’UE ne conteste cela. Mais les embargos envers les Chypriotes turcs doivent cesser immédiatement. Il y a des pays de l’UE qui se sont cachés derrière les Chypriotes grecs afin de saboter la perspective d’adhésion de la Turquie, mais en réalité ils ont nuit à l’UE.

Malgré leur promesse, ils continuent d’imposer des embargos aux Chypriotes turcs, qui pourtant ont accepté le plan de paix des Nations Unies, alors qu’ils ont fait des Chypriotes grecs des membres de l’UE malgré leur refus de ce plan de paix. L’UE n’est pas en mesure d’apporter une explication à cela. Il faut mettre un terme à ce jeu.

Les Chypriotes turcs ont besoin d’une nouvelle et forte approche politique. Pour que les Chypriotes turcs soient sauvés des embargos et puissent bénéficier de leurs droits en tant que citoyens de l’UE (reconnaissance de la langue turque comme langue officielle de l’UE, et entrée en fonction officielle de deux représentants chypriotes turcs au parlement de l’UE), il faut que Mr Eroğlu réunisse les parlementaires européens.””

PPS: en juillet dernier, un autre politicien italien attira l’attention sur le fait que les politiciens grecs et chypriotes grecs ne traitent de rien d’autre que la Turquie, en ajoutant que cette situation doit vraiment être le sujet d’une étude sociologique. Très bonne suggestion. (Les Grecs ont besoin d’un ennemi pour justifier leur existence et les achats colossaux d’armes et de sous-marins à la France et à l’Allemagne).

PPPS: si la partie grecque continue à ne montrer aucun intérêt pour trouver une solution avec la partie turque, Chypre du nord sera officiellement reconnue par de nombreux pays. Cela fut souligné par deux importants politiciens turcs qui ont toujours œuvré pour la paix: l’année dernière par Ahmet Davutoğlu, et plus récemment par Cemil Çiçek. Ils n’ont pas utilisé ces mots mais cela fut leur message. Donc, la partie grecque (et l’UE) savent très bien ce qui va arriver s’ils ne soutiennent pas une solution à Chypre: le monde sera encore plus divisé qu’il ne l’est aujourd’hui. Et des tensions vont s’aggraver. Assumeront-ils leur responsabilité en cas d’échec?

Si la réunification de Chypre échoue, l’UE et la partie grecque en seront responsables (et si les négociations UE-Turquie sont complètement bloquées, ce sera aussi la faute de l’UE), parce que l’UE n’a fait aucune pression sur la partie grecque afin qu’une solution soit trouvée. Alors que la partie turque a montré une forte volonté pour une solution à Chypre.

L’UE n’a pas agit pour la paix entre les parties grecque et turque (et elle n’agit toujours pas). Mehmet Ali Talat a perdu l’élection présidentielle à cause de l’UE. En effet, Mr Talat avait promis aux Chypriotes turcs que les embargos seraient levés en 2004. Il a promis cela car c’est cela qui fut promis par l’UE. Mais l’UE n’a pas levé ces embargos. Ainsi, les Chypriotes turcs ont puni Mr Talat. Mr Talat a perdu l’élection présidentielle en Chypre du nord parce qu’il fut l’otage de l’UE.

Donc l’UE est responsable de cette situation malsaine et honteuse. Mais l’UE ne savait-elle pas que l’adhésion des Chypriotes grecs à l’UE poserait un grand problème pour la perspective européenne et l’adhésion de la Turquie?

Le dernier mais pas le moindre, que va faire l’UE? L’union va-t-elle abandonner la Turquie et laisser la partie grecque empêcher la Turquie d’être un membre de l’UE (en prétendant que c’est la partie grecque qui sabote le chemin de l’UE de la Turquie), ou va-t-elle soutenir la perspective d’adhésion à l’UE de la Turquie et regagner un peu de crédibilité en se remémorant ses signatures de 1963, 1999 et 2004? J’ai hâte de voir comment l’UE va se comporter.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print